L'auteur
Joseph Boinay
zephsk
à lire aussi
Du même auteur
Tous les articles de Joseph Boinay
Dernier Tango

Bernardo Bertolucci : mort d'un sacré monstre

Dossier | Par Joseph Boinay | Le 26 November 2018 à 14h20

Assistant de Pasolini, scénariste de Sergio Leone et enfin grand metteur en scène lui-même, Bernardo Bertolucci est mort aujourd’hui à 77 ans. Né au cinéma avec les bouleversements sociaux qui ont refondé les sociétés modernes, le cinéaste n'a cessé de rendre compte des “crises de la culture”. Retour sur le parcours d’un réalisateur farouchement anticonformiste.

On a beaucoup glosé sur le parfum de scandale des films de Bertolucci, qui empestait bien au-delà des salles obscures et ses images crues : une scène de viol dans Dernier Tango à Paris (1972) notamment, exécutée par surprise, allait voiler de noir l’image du réalisateur et de Marlon BrandoMaria Schneider en fut, pour paraphraser Eluard, la victime raisonnable, à la robe déchirée et au regard d’enfant perdue. Ce soufre de l'intime qui diffuse partout dans le cinéma de Bertolucci n’est pourtant pas que la provocation et le dérapage, c’était aussi l’onde d’un écho plus grand dans l’Histoire. Ainsi du destin de la Chine confié à un enfant (Le Dernier Empereur, 1987), de l'amitié rompue entre le jeune bourgeois et le fils de paysan qui préfigurait la montée du fascisme (1900) ou du conflit intérieur d’une jeunesse violée qui accouchait des mêmes stigmates dans Le Conformiste (1970). Le Dernier Tango n’était d’ailleurs rien d’autre que la danse renversée d’un vieux monde confronté à la révolution sexuelle.

Ces tiraillements de l'âme aux atours politico-sociaux n’avaient pas d’autre origine que l’appétit communiste d’un aîné de bonne famille et dont le deuxième film préfigurait déjà l’ensemble de l’œuvre : Prima della rivoluzione (1964), mélange d'éducation sentimentale à la Stendhal et de marxisme, au sujet duquel le réalisateur disait déjà que « Tous les films sont autobiographiques, mais celui-là l’est plus directement car c’est l’histoire d’une éducation à la fois sentimentale et politique que j’ai un peu vécue au début des années soixante. » Le style de l’auteur oscillait ainsi entre souffle historique parfois pompier et fièvre passionnelle un peu sophistiquée, mais c’est cette oscillation qui faisait sans doute le prix de son cinéma.  

Voici le top 5 des films les plus appréciés du cinéaste sur Vodkaster

Pour découvrir (ou revoir) le meilleur du cinéma de Bernardo Bertolucci, voici un top des cinq films du réalisateur avec le plus fort taux de satisfaction : 

1. Le Conformiste

2. 1900

3. La Luna

4. Le Dernier empereur

5. Prima della Rivoluzione

14 commentaires
  • Metaju
    commentaire modéré Bon, ben je vais reprendre deux fois des moules.
    26 November 2018 Voir la discussion...
  • zephsk
    commentaire modéré @Metaju Tu nous fais un avc, tu te prends pour Pierre Desproges ?
    26 November 2018 Voir la discussion...
  • Metaju
    commentaire modéré @zephsk Oulah non, je me contente d'y faire référence. Et je pouvais pas saquer Bertollluci.
    26 November 2018 Voir la discussion...
  • Scronchh
    commentaire modéré @Metaju Dans ce cas tu peux pleurer pour Nicolas Roeg
    26 November 2018 Voir la discussion...
  • jolafrite
    commentaire modéré Tiens, pas de page VK pour le méconnu mais remarquable "Beauté volée".
    27 November 2018 Voir la discussion...
  • strangetangerine
    commentaire modéré 1900 ou le film qui dure 5h20 ............
    27 November 2018 Voir la discussion...
  • georges.b1
    commentaire modéré @jolafrite Il est de retour mais sans aucun pouce vert !
    27 November 2018 Voir la discussion...
  • Metaju
    commentaire modéré @Scronchh Je n'ai vu aucun film de lui. "L'homme qui venait d'ailleurs", David Bowie aidant, m'a toujours intrigué, mais j'ai également toujours eu dans l'idée a
    28 November 2018 Voir la discussion...
  • Metaju
    commentaire modéré @Scronchh Bon ben, je ne sais pas pourquoi, mais Dustin Hoffman m’empêche de finir mon message pourtant j'étais gentil.
    28 November 2018 Voir la discussion...
  • Torrebenn
    commentaire modéré Perso' Bertolucci m'en a toujours touché une sans ... etc.
    3 December 2018 Voir la discussion...
Des choses à dire ? Réagissez en laissant un commentaire...
Les derniers articles
On en parle...
Listes populaires
Télérama © 2007-2018 - Tous droits réservés - vk-prod-api-internal-01 
Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -